is toegevoegd aan uw favorieten.

Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

i-lS C © N T E »S M O G O L S.'

k notre prophete, que j'épouferai ces trois princeffes , auffi-tót que je ferai certain que les fultans ne s'y oppoferont pas ; tout ce qui me refte a craindre, c'eft (*) qu'Afmoug ne s'introduife u« jour parmi vous, & ne trouble le repos & la tranqudlité que vous vous propofez toutes de goüter avec moi. Non , feigneur, reprit Gehernaz, ce démon-n'aura jamais entrée dans nos cceurs, (2) Lfendiar prendra fein de 1'en chalfer ; & je fuis caution pour toutes ces princeffes, que leur union avec vous n'altérera pas notre repos : feigneur, direnr alors les tiois princeiTes, après avoir tendrement embraffé la fultane, le .procédé de Gehernaz eft fi généreux, que nous n'oublierons jamais que nous lui devons tout notre bonheur j ear nous fommes bien perfuadées que les princes de qui nous dépendons , ne nous refuferont pas leur confentement; ce refus nous feroit funefte, puifque nous fommes toutes déterminées a nous donner la mort, plutót que de renoncer aux avanïages que votre bonté & la générofité de Gehernaz veulent bien nous procurer.

r 1) Afmoug, eft le nom d'un démon, lequel, felon Zoroaftre , eft a iteur de tout le mal qui eft au monde. II a pour fa fonaion principale, a ce que croyent les Orienraux, de femer Ia difcorde dans les families, les proces enrre les voifins, & les guerres entre les princes.

d) Les Orientaux font perfuadés quVsfendiar, eft une efpèce d'ange gardien de Ia chafteté des femmes, & qu'il infpire I'efprit de tah dans l«uts («rails.