is toegevoegd aan uw favorieten.

Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

CONTBS MOGÓIS. 1J5

fiaïrre , feigneur ; mon père qui y avoir un commandement diftingué dans les troupes de notre monarque , y donna le jour a 1'infortunée Aboulaïna, pour laquelle vous témoignez'tantde froideur; il y fut tué , il y a environ huit ans, dans un combat qui fe donna contre le fulran de Georgië ; ma mère qui 1'aimoit tendrement, frappce d'une d cruelle nouvelle , enexpira de douleur, Sc pour récom'penfe du fang que mon père venoit de répandre , on nous mit deux de mes fccurs & moi, au nombre de cinq eens efclaves, que l'on devoit livrer au roi notre ennemi, Sc qui ne donna la paix a notre pays qu'a cette condition. J'ignore ce que mes malheurenfes feeurs font devenues, elles étoient encore dans la plus tendre enfance ; pour moi , qui pouvois avoir dix ans, je fus livrée a des marchands d'efclaves qui me tranfporrècent avec beaucoup d'autres a Aden , Sc j'y fus achetée heureufement par Margeon , auprès de laquelle je n'ai fenti mon malheur que depuis que j'ai perdu 1'efpérance de toucher votre cceur. Moins rraitée en efclave qu'en amie , je ne puis m'empêcher de vous avouer que cette aimable veuve a d'excellentes qualités ; mais elles font effacées par une bifarrerie outrée qui règne dans routes fes aótions, Sc je ne puis difconvenir que, p»r fon ordre , je venois jc\ pour vous féduire j Margeon a qui