is toegevoegd aan uw favorieten.

Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

CONTES MoGOtS* i4j'

Vous n'auriez pas été infenfible a tout 1'amour cjue je redens pour vous.

Je crus , en cette occafion , ne devoir pas défefpérer cette aimable perfonne, je pris fa main, je la portai fur mon cceur , & la lui ayant arrofée de mes larmes, je lui fis comprendre que puifque Margeon autorifoit notre union , elle pouvoit s'adlirer de partager avec elle toutes mes affectióris , & je fcellai ces promeflès par un baifcr qui penfa Ia faire mourir de joie : mais que devins-je! lorfque je m'appercus que cette joie fut fuivie d'un évanouiffement fi confidérable , que je crus qu elle venoit d'expirer. Je courus a 1'appartement de Margeon , je lui rendis compte par fignes de ce qui venoit de fe pader entre fon efclave & moi ; nous rentrames promptement dans fa chambre, & nous la fimes revenir £ force de remédes ; mais, malgré tous nos foins, elle retomboit dans de pareilles fynropes de momens en momens. II y a apparence que Ia révolation qui venoit de fe faire dans Ie cceur de cette infortunée Mingrelienne, avoit caufé une violente altération dans fon tempérament, puifque, malgré tous nos foins, nos attentions , & les médicamens confortatifs que nous lui fïmes prendre , elle tomba dans une laugueur qui lx priva de la vie Ie cinquième jour de notre manage. Je ne 1'abandonnai pas un feul momenei