is toegevoegd aan uw favorieten.

Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ÏT U HI-UCESSE ZlBïllNt. 115

feulemtntlaprédeufi Zibeline, belle entre toutes les belUs , mais encore tous les états dont elle dolt être reine.

« Voici , dit-il, après ce cri-li, la lifte de » tous les princes qui, frappés de fa beauté, ou » de celle de fes porrraits, ont péri en voulant » mertre a fin 1'entrepnfe propofce, & celle de »? ceux qui fe font nouvellement engagés pour » la conquète „. Courtebotte fe fentit alors animé du défir le plas violen.r que la gloire ait jamais excicédans un cceur. II balancoit cependant, en rcfléchiflant fur fon état, & fur le peu de reffource qu'il avoit - mais au milieu de 1'agitation que lui caufoient toutes les penfées qui le venoient alfaillir en foule, le vieillard, qui venoit de faire la ledure, après &erre profterné trois fois, déeouvrir une efpèce de litière, & fic voir a toute 1'affemblée, le portrait de la belle Zibeline. Courtebotte en fut fi frappé, que, fendant la preife , Sc ne confidérant plus rien, il demanda a s'infcrire. Tous les étrangers apperce* vant fa petite figure , & la fimplicité de fes vêtemens, fe regardoient entr'eux, & ne favoient s'ils devoient acceptet fa propofition, ou la refafer. « Donnez , leur dit-il d'un ton haut, don>» nez que je figne : favez-vous qui je fuis » ? On obéit; mais comme il étoit animé d'amouf pour le portrait, Sc de colère contre les étraa-

HiJ