Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

i8 Contes le vieillard, vous en doit être un für garant. La moitié de ces richeffes, interrompit Dakianos, avec une forte d'altération; mais cetté moitié furpafle les tréfors des plus grands rois, Le vieillard s'appercut de cette altération, 8c lui dit: Si vous trouvez que la moitié foit trop pour moi, vous pouvez ne m'en donner qu'un quart: volontiers, reprit Dakianos. Mais quellé précaution prendrez-vous pour Pemporter fürement ? Vous nous ferez découvrir, 8cvous ferez caufe de notre malheur. Hé-bien, lui répondit le vieillard, quoique vous m'ayez promis beaucoup davantage, ne me donnez qu'un des appartemens, j'en ferai content. Vous ne répondez point k ma queflion. Nous examinerons k loifir le parti que vous me propofez, reprit Dakianos: je fuis toujours bien aife'que vous foyez plus raifonnable, 8c que vous commenciez k vous rendre jufiice. Dakianos examina de nouveau ces richeffes avec plus d'avidité, 8c fes yeux en furent encore plus éblouis. Après avoir bien confidéré le fuperbe appartement des diamans oii ils étoient alors:Vous fentez bien, dit-il au vieillard, que celui - ci eft fans contredit le plus riche, 8c qu'il n'eft pas naturel que je vous cède. des droits auffi légitimes que les "miens. Vous avez raifon, reprit le vieillard, Sc je ne vous le demande pas. Ils paffèrent

Sluiten