Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

5oS Les V o y a g e u s e s; quelques fecours pour leur faire un grand établiflement. Voyons d'abord quelle figure vous voulez avoir; car il dépend de moi de changer la votre. L'aine'e répondit a cette propofition avec un air de dédain : Ne perdez point a cela 1'excellence de votre art, ma tante , rien ne preffe. Je me confulterai, dit lafeconde, avec un fourire lorgneur qui marquoit une fatisfaction de foi-même la plus orgueilleufe , ck la mieux enracinée. Pour moi, dit la troifième, je ne pourrois que gagner a un changement; tenez, ma tante, que je prenne la figure fous laquelle je vous infpirerai le plus d'amitié pour moi. Et la fée de 1'embraffer. Mademoifelle n'imagine donc point de modèle furlequelma tante put la former ? ajouta 1'ainée, comme par bonté pour cette pauvre cadette. Vous pouvez vous flatter, ma tante , continua la feconde , qui avoit pris de 1'humeur de ce que la laide avoit été embraffée, que fon changement, quel qu'il foit , fera beaucoup d'honneur a votre art. II me vient une autre idéé , dit la fée : Si nous allions voyager dans quelques royaumes étrangers, vous fauriez ce qu'on penferoit du mérite que vous avez acTuelleme.it; vous connoïtriez auffi les différentes conditions oh 1'on peut vivre heureux , ck vous vous décideriez enfuite. Le projet fut unanimement approuvé.

Sluiten