is toegevoegd aan uw favorieten.

Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

QXIATRI EMS VSILLÈE. 44Ï

timide un des plus petits vafes , le porte a fts levres qu'il mouille de la liqueur, il y trouve un goüt inconnu , mais délicieux; il en bok quelques gouttes , & foudain il fent fes forces réparées. Car malgré fa fermeté, Ia nature , toujours la même chez tous les hommes, avoit fouffert en lui.

II continue a parcourir ce palais enchanté: Ce qui 1'étonne le plus , eft de n'y rencontrer perfonne; il commence a craindre d'y refter feul livré a lui-même. A cette penfée les beautés qu'il vient d'admirer perdent prefque leur éclat a fes yeux. Son imagination agit fans luï préfenter aucune idéé oü il puilfe s'arrêter. II avance toujours : a Ia feptième pièce , il trouve une portière de velours verd bordée de peries", il n'ofe la tirer entièrement, il ne fait que 1'entr'ouvrir. Quelle eft fa joie ! L'horreur d'une folitude éternelle difparoit : il voit un homme. Cet homme couché fur des carreaux magnifiques, la tête appuyée fur le bras droit, paroiffoit endormi. Soe air de majefté fit douter au prince fi c'étoit un mortel ou un dieu, Une longue robe le couvroit; le fond en étoit pourpre, brodé d'une prodigieufe quantité de différens animaux qui brilloient par 1'or & par le mélange de différentes pierreries.

Le prince d'fiefpérie , rempli d'admiratloa >