Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

$4 V r e d' H o r A m ;

si on en fit un fujet de rifée. II ne mérite ni 1« s> quart, ni le dixième, difoient les uns, puifr v qu'il ne fait pas mieux faire valoir fes droits. 5> Sa conduite, difoient les autres, fait douter j> s'il a aucun droit naturel. Eft-il naturel qu'un 33 homme fe contente du dixième , lorfque le » quart lui appartient légitimement?

» Enfin chacun voulut voir le reftament. II v courut de main en main; & chacun fut con» vaincu de la réalité de mon droit.

sa Alors un bruit unanime s'éleva. Mon ami 3» & tous ceux qui étoient préfens me confeil-, 35 lèrent de faire valoir mes prétentions fur la 35 totalité du legs »,

« Meilieurs, leur dis-je, je n'ai jamais défiré 3? plus que je n'ai. Tput homme doit metrre des 33 bornes a fes fouhaits. Les miens font remplis, 33 graces au ciel. J'ai aflez pour mes beföins. De$ i» pluies trop abondantes font périr les fruits de 5» la terre, au lieu de les nourrir. II y a un vent 33 qrji fait toutner le moulin; il peut y avoir un s.3 vent trop violent qui le brife ».

53 Cet homme eft hors de lui-mênae, difoient? s> ils, il ne coimoit pas leprix des richeffes ».

« Quoi qu'il en foit, meffieurs, ccntinuai jes *3 je qe pujs accepter une récompenfe qui me 55 femble au-delTus de mes fervices. Je fens que ,s la libéralité de mon maitre a été exceflive.

Sluiten