is toegevoegd aan uw favorieten.

Mémoires du baron de Tott, sur les Turcs et les Tartares

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

H6* MÉMOIRES

mes gens un fac de fequins », que fon Maitre lui donna en ailant s'embarquer. La vivacité avec laquelle Sultan Muftapha s'approcha de fon bateau, ne lui ayant pas permis d'apercevoir une marche en fortant du Kiosh, le faux pas qu elle lui fit faire , 1'aurait expofé a une chute dangereufe, fi nous ne nous fulfions pas empreifés de le foutenir. Tandis que ce Prince en s'embarquant, applaudiffait au fuccès du nouveau pont, & m'engageait a preifer les travaux qui pouvaient afiurer a fon armée i'avantage d'avoir des pontons, je voyais Huifein uniquement occupé a crever ie petit fac de fequins qu'il tenait dans fa poche 1, afin de les mêler avec ceux qui lui apartenaient : de cette

1 Le fequin eft une monaie dor; mais il y en a de difterentes valeurs. Le fequin le plus en ufage vaut a-peu -prés 7 liv. de notre monaie.

Les Turcs ont toujours les habits de deffous croifés &: fixés par une ceinture qui retient tout ce qu'ils placent fous ces revers, entre la doublure defquels il y a des poches ménagées pour les montres , 1'argent & autres effets qu'ils foignenr plus particulièremenr.