Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

DU Baron de Tot t. 227

vernement&fes monumens qu'on doit confidérer comme les annales du monde les plus reculées, font des objets trop dignes d'être obfervés pour les confondre avec 1'hiltorique de mon voyage, & j'en réferverai les détails afin de les réunir dans un même tableau.

Les Arabes qui devaient nous conduire aux pyramides, nous firent partir a minuit; & nous mimes pied a terre prés de ces maffes énormes a la pointe du jour. Le premier foin des perfones qui m' acompagnaient fut d'y pénétrer; mais moins curieux d'un intérieur fuffifamment connu par les plans que M. Maillet, & différensVoyageurs, tous également d'acord, nous en ont donnés, j'ai profité du peu de tems que je pouvais employer a mes obfervations, pour me livrer a des recherches qui m'avaient paru négligées jufqu'alors.

En m'approchant du fphinx dont je parlerai ailleurs , les Arabes qui m'acompagnaient me firent remarquer 1'ouverture qu un des Beys d'É-

F f a

Sluiten