Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C >57 )

de tes recoltei. Que mes cuves se remplissent tous les ans de ta liqueur pourprée ; que mes pieds se rougissent en foulant la vendange : je te consacre une vie qui sera due a tes bienfaits. Alors on me reconnoitra par-tout pour le chantre de ta gloire.

Je eélébrerai ta naissance'au milieu des foudres de Jupiter; je raconterai Ia délaite des Indiens mis en déroute par la troupe de tes Bacchantes; je peindrai les vains efforts de Lycurgue qui voulait détruire ton nouvel empire ; j'annoncerai la mort de Penthée immolé p»r sa mère et ses tantes, et Ia métamorphose des Tyrrhèniens qui, d'abord enchainés par tes pampres, ont ensuite sauté de leur navire dans la mer oü ils ont été changés en Dauphins. Je n'oublierai pas Naxos qui voit couler dans son sein un fleuve de ta liqueur odorante , ni ses habitans qui ne cessent de s'en abreuver. Des pampres garnis de raisins suspendus sur ta tête descendront sur tes épaules, une mitre Lydienne ornera ton front, tes cheveux distilleront des parfums exquis, une robe flottante jouera sur tes pieds dégagés du cothurne. Les habitans de Thèbes feront résonner leurs timpanons, et les Satyres enfleront leurs ehalumeaux. Prés de toi , la mère des Dieux ayant une tour sur sa tête fera battre les Cymbales bruiantes qui conduiront la daose Lydienne. Sur le portiquè du

Sluiten