is toegevoegd aan uw favorieten.

Œuvres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( sop)

déchire le visage : Téïa, effrayée, appeüe du secours, comme si la maison eüt été en feu. Les lumières qu'on apporte troublent le repos du voisinage : dans cette nuit tumultueuse on entend partout du fracas.'Les cheveux en désordre et les robes déchirées , Phyllis et Téïa se sauvent dans la première taverne qu'ellestrouvent.

Cynthie s'applaudit de sa victoire ; triomphante elle retourne a la charge et me frappe le visage a coups redoublés. Ses dents s'impriment sur mon cou et 1'ensanglante nt ; ses mains s'addressenr de préférence a mes yeux coupables. Lasse enfin de me maltraitsr, elle fait dépouiller Lygdamus qui caché derrière Ie lit imnlorait maprotection. Eh.' que puis-je pour toi Cr pour moi ? Nous sommes pris tous les deux:

Enfin , suppliant et les mains jointes, je cherche a faire ma paix; mais elle me permet a pene d'approcher de ses pieds. „ Si tu veux» „ riit-elle, obtenir ton pardon, voici les con„ ditions que j'y mets. Tu n'iras plus paré, ,, soit aux galeries de Pompée , soit aux jeux du ,, cirque. Au théatre tu ne tourneras jamais la „ tête derrière toi; ta liiière restera ferméelors„ qu'elle s'arrêtera. Pour Lygdamus 1'auteur de >, mes chagrins, qu'il soit mis en vente et con„ duit au marché les fers aux pieds". Telles furent les conditions de Cynthie : j'y ai sou*.