Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

m 23 p

rangs rendoient néceffaires a fon projet; mais le Duc de Courlande infpiroit tant de crainte, que perfonne n'ofoit laiffer foupjonner de telles liaifons, ni faire la moindre démarche qui put le traliir, ou 1'expofer a des fureurs dont on connoiffoit les effets. Cette foible conjuration fut pourtant menée avec tant de fuite, qu'un jour 1'Ambaffadeur crut toucher au moment fi défiré, mais les inquiétudes d'Elifabeth, plus qu'aucune autre circonftance firent fuspendre 1'exécution d'un projet, qui lui fembloit trop donner au hazard.

Le Duc de Courlande veilloit avec foin a tout ce qui pouvoit conferver fon autorité, il craignoit de la perdre, en même tems que 1'Impératrice, dontlafanté s'affoibliffoit chaque jour; ce qui le détermina de la pr'efTer de faire fon teftament. L'Impératrice 1'eut a peine figné qu'elle affembla le fénat, le confeil & les grands de 1'Empire pour leur faire préter le même ferment que Pierre I. avoit exigé, que tel que fut fonchoix,on 1'approuvat d'avance, & que Pon pretat fans diftlculté le ferment de fidélité a celui ou celle qu'elle nommeroit pour lui fuccéder.

L'Impératrice avoit déja pris la précaution de faire déclarer grande Duchefle la Princeffe Elifabeth Catherine de Swerin Mecklenbourg fa niece mariée au Prince Charle Ulrick de Brunswik Wolfenbuttel. Ce titre q'ui femble répondre a celui de Roi des Romains en Allemagne, défigne ordinairement 1'héredité du Sceptre Impérial; elle avoit auffi fait quitter fa religion a fa niece, & changé fuivant 1'ufage de 1'églife Grecque fon nom , pour la faire appelier a 1'avenir de celui qu'elle même portoit. Lorfque 1'Impératrice mourut, ou fut, comme quelques uns l'ont prétendu, fur le point de mourir , le fénat & les grands furent inftruits des dernieres volontés de 1'Impératrice, & fommés de prêter ferment a fon fucceffeur. On apprit avec furprife que fon choix étoit tombé fur le fils du Duc & de la Duchefle de Brunswik, le Prince Iwan agé de deux mois feulement, que le Duc de Courlande étoit nommé régent de 1'Empire pendant la minorité , & fuivant les conftitutions Moscovites la minorité ne finit qu'a la vingtieme année.

Ce Teftament ne fit que des mécontens , le jeune Iwan n'étoit* pas en état d'en connoïtre le prix. Le Duc de Brunswik fut outré de voir fon fils dépendre d'unhomme obfcur, qui, de 1'état le plus commun & fans mérite perfonnel, n'étoit parvenu que par la faveur de 1'Impératrice a la fouveraineté de Courlande; qui n'avoit jamais rendu & n'étoit en état de rendre aucun fervice effentiel a la Ruffie. La Duchefle mere fit éclater fon indignation fans ménagement, elle étoit jaloufe du droit que fon fils n'avoit acquis que par elle, & humiliée, furtout , après avoir changé de Religion, de fe voir dépouillée de toute autorité, dans un état dont elle devoit être Souveraine.

Les Gardes de Semeonowsky dont le Duc de Brunswik étoit LieuteBant Colonel lui propoferent de fe révolter en fa faveur, & de nommer la

Sluiten