is toegevoegd aan je favorieten.

Théorie de l'art des jardins.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

2 Première SetTwn. Des objets

nature n'a pas fi foigneufement obfervé Texaétitude des rapports Pourroit-on avancer que dans la garniture d'un roe, ici couvert de hauts fantas la de petits buiffons, fa encore de mouffe, il regne une exaéte obfervation des proportions, ou que dans les arbres d'une forèt, dans la maniere dont ils déployent & étendent leurs rameaux, dans les couleurs du feuillage, domine un rapport tel qu'on puiffe par-tout rendre radon pourquoi ces fituations & ces formes doivent ètre ainfi & non autrement? II paroit fans contredit vrai, qu'en compofant les payfages, la nature na pas prétendu en général produire la beauté en donnant aux objets une Forme déterminée, paree que des objets d'une mème efpece, offerts fous des formes trés - différentes & oppofées, paroiffent toujours beaux aun fentiment non dépravé encore. Nous trouvons beau un bocage dont les arbres font hauts & élancés, & de même un autre qui n'eft compote que de tiges peu élevées; que le bocage fe voüte en épais ombrage, ou qu'il laiffe paffer le jour a travers de fpacieufes ouvertures, toujours il nous fera plaifir. Qu'une riviere étende fon vafte lit dans la vallée, ou que divifant fes eaux, elle tombe du haut de la colline, elle pourra pretendre a la beauté dans 1'un & Tautre cas.

Si donc les objets champêtres doivent acquérir la beauté par la forme, il paroit que ce ne peut ètre que par des lignes courbes ou ondoijantes. La ligne droite n'eft pas abfolument dépourvue de beauté dans un payfage, mais il eft fur que les lignes courbes offrent une beauté plus fenfible, & font une impreffion qui occupe plus long-temps. Une forèt qui fe prolonge au deffus de quelques collines & dans quelques vallées, & fe deborde de cóté tantót ci tanfót fa, eft k coup fur plus belle qu'une autre qui tirée au cordeau répofe pour ainfi dire dans une plaine. On objeétera peut-ètre: la beauté réfulte ici de la variété; mais c'eft précifément Ia ligne courbe qui produit la variété.

II eft plus évident que la couleur & le mouvement font des parties effentielles de la beauté champêtre.

i. Coii'