Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

338 Jppendice.

ture, femez des agrémens & de la variété fur la route: voila les feules barrières dont on doit enceindre une carrière; mais ne contraignez jamais. La contrainte chagrine & 1'uniformité ennuie: il n'y a point de grace fans la liberté, comme Ü n'y a point de plaifir fans la variété.

II eft encore une obfervation que j'ai crue effentielle: c'eft de ne pas faire d'une carrière un objet toujours difiinét & détaché des jardins dans lesquels elle paffe. Elle peut quelquefois s'en écarter, quand le local s'y prète, [& que la variété 1'exige; mais lorsqu'elle en fait partie, elle doit fe confondre tellement avec eux, qu'on ne la remarque que quand on la parcourt. Enfin il m'a paru que, fi dans les lieux les plus intéreffants, 1'on établiffoit des repofoirs, oü celui qui fe livre a cet utile exercice, s'arrète avec plaifir & puiffe fe délaffer; fi 1'on conftruifoit des afyles, pour fervir d'abricontre le mauvais temps, riennemanqueroit a fon agrément.

Telles font les conditions' que j'ai obfervées, en tracant la carrière de Guifcard. Elle eft liée aux jardins d'une maniere intime, ou, pour mieux dire, elle ne fait qu'un tout avec eux. Elle a beaucoup de variété dans les fites qui fe rencontrent fur fon paffage foit qu'elle faffe partie des jardins, foit qu'elle les'abandonne; & par-tout fes pentes font douces. Elle part immédiatement du chateau, traverfe la peloufe du midi, pour gagner le pont fur le petit ruiffeau des bois; elle fe continue jusqu'au grand bois, au-dela du chemin public, par une route formée par un taillis dam cóté & de 1'autre par des arbres ifolés, pour laiffer jouir de la vue qu'offre la gauche. Ce bois, qui eft vafte, procure, au moyen des diverfes routes qui le coupent, une grande longueur a la carrière : longueur qu'on peut abréger a fa fantaifie. On a cependant obfervé de diftinguer la fuite de la carrière dans ce bois, par des. routes circulaires; elles conduifent a une iffue, & ramenent au pare par une troifieme Iiaifon de 1'un a 1'autre. Dans ce paffage, on a pour afpeét une grande partie du pays, dont les différentes perfpeétives préfentent des payfages trés - agréables. Dela on va bientót rejoindre la vieille futaie;

on

Sluiten