is toegevoegd aan je favorieten.

Verhandelingen van het provinciaal Utrechtsch genootschap van kunsten en wetenschappen.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

l8o De la Rage dans 1'Homme.

Chaiïs, pénétrant jusqu'aux Os. II ne put échappera 1'Hydrophobie, malgré tous lesfoins, qu'on adminiftra CO» Le Roux cautérifa bien plufieurs Playes a la Face d'un enfant, mais il en négligea une au grand angle de 1'Oeil; ce fut celle, qui préfenta par la fuite, lorsque les autres etaient deja cicatrifées, les Phénoménes Precurfeurs, & ce malade mourut Hydrophobe CO- Sabatier applicale Cauftique avec la plus grande précaution, malgré cela fon malade mourut Hydrophobe. II avait 25. playés & 50 égratignures C3>

<?.) La morfure des Loups enragés eft en général plus dangéreufe, que celle des Chiens, ce qui parait dépendre des circonftances fuivantes.

ie) Le Venin Rabieux dans un Animal feroce, affamé, tel que le Loup, parait devoir être naturellement pius acre & pius énergique.

2. ) Le Chien enragé ne mord ordinairement qu'aux Jambes, &aux parties inférieures, qui font' le plus fouvent couvertes. Le Loup au contraire s'elance & fe dreffe; lutte, pour ainfi dire, avec ceux, qu'il attaque, & fes morfures font d'autant plus dangéreufes, que fouvent elles font faites a des parties nues, au Vifage, au Cou, aux Mains.

3. ) Le plus ordinairement le Chien nei mord qu'en paffant, mais le Loup, plus carnacier, eft

Cl) Baudot, 1. c. p. 12*. CO L. c P- 7°-

C3) Memoires de 1'Academie Royale; des Sciences de Paris, 1784.