Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

RÉFLEXIONS

M O R A L E S.

ü Nos vertus ne font le plus fouvent que nos lé' vices dégulfés.

i. Ce que nous prenons pour des vertus," !)• n'est souvent qu'un assemblage de diverses

actions et de divers intéréts [pe la fbrtune

ou notre industrie savent arranger; et ce ■'■ n'est pas toujours par valeur et par cliasj{ teté que les hommes sont vaillans et que

les femmes sont chastes.

3. L'amour-propre est le plus grand de li tous lts flatteurs.

. I 5. Quelque découverte que 1'on ait faite dans le pays de l'amour-propre , il y reste

Hl encore bien des terres inconnues.

ej 4- L'amour-propre est plus habile qua

le plus habile homme du monde.

5. La durée de nos passions ne dépendt I Pas P^us de nous que la durée de notre vie.

• & La passion fait souvent un fou du

plus habile hoinme ; et rend souvent les

t fplus sots habiles.

ia, 7* f*es grandes et éclatantes actions qu»

I > éblouissent les yeux, sont représentées par les polititjues comme les effets des grand* desseins, au-lieu que ce sont d'ordinaire ,. -les effets de 1'humeur et des passions. Ainsi

A

Sluiten