Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Sur les ceuvres de Dieu. 24%

bien les minéraux nous font utiles. Les fels fervent a relever le goüt de nos alimens, & a les préferver de la corruption. Les parties fulfureufes des corps les rendent combuftibles.

Les volcans mèmes & les tremblemens de terre, quelques ravages qu'ils falfent quelquefois, ne laiifentpas d'ètre utiles & néceifaires. Si le feu ne confumoit pas les exhalaifons fulfureufes , elles fe répandroient trop dans l'air & lerendroient mal-fain; plufieurs bains chauds n'exitteroient pas, & divers minéraux & métaux ne feroient point produits. C'eft a notre ignorance que nous devons nous en prendre, s'il y a tant de chofes dont nous ne voyons pas 1'utilité. A la vue de certains phénomenes de la nature qui fonr quelquefois nuifibles nous devrions toujours nous fouvenir de cette maxime: fi Dieu permet de tems en tems que certaines imperfedions aientlieu, c'eft afin qu'elles contribuent a la plus grande perfedion du tout. Pour juger des oeuvres du Seigneur & pour en reconnoitre la fageife, il ne fimtdonc pas les envifager fous une feule face, mais en confidérer toutes les parties, tout 1'enfemble. Bien des chofes que nous croyons nuifibles, ne laiifent pas d'ètre d'une utilité inconteftable; d'autres nous paroiifent lüperflues, Sc cependant fi elles venoient a manquer, elles lailferoient un vuide dans l'empife de la création. Combien n'y a-t il pas de chofes qui ne; nous paroiifent méprifables que paree que nous n'en connoillbns pas le véritable ufage ? Que 1'on mette un aimant entre les mains d'un homme qui n'en connoit pas les vertus, a peine' daignera-t-il 1'honorer d'un regard; mais qu'onlui dife que 1'on doit a cette pierre les progrèsde la navigation & la découverte du nouveau

a 3

Sluiten