Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Lettre II. Dordrecht. 19

Quelques droits de moindre importance ne font pas accordez ici aux Réligions diffè'rentes de la Dominante. Par exemple, l'ufage des cloches dans leurs Eglifes, les Proceffions publiques, & plus fpécialement le Droit de féance dans aucun département de 1'Etat; Les Catholiques & autres Sectaires font cenfez inhabiles a tout emploi public; même a celui de Notaire; Un- Catholique peut cependant être Avocat, & j'en ai connu plus d'un a la Haye, & ailleurs, qui fe diftinguoit dans fon emploi par fa probité &.fa droiture auffi bien que par fon favoir.

Les Prêtres, les Curez font tenus de jurer, qu'ils rejettent 1'abominable doctrine de Rome, que le Fape a le droïc de délier les fujets de robéiffance due a leur légitime Souverain; & au contraire ils engageront- toujours leurs Ouailles a la fidelité a 1 Etat, & que fous aucun pretexte il ne prendront d'eux de 1'argent pour la fondation, ou 1'entrétien de Monafteres, Couvens, & Hopitaux, fituez hors de la Jurisdicfion des Provinces-Unies.

Les Juifs jouiiïent d'un fort auffi doux dans ces Provinces, que les Réformez. Ils ne fjauroient cependant exercer leurs loix Cérémonielles dans- toute leur^rigueur. Mais a cela prés, les Juifsqu'on

nom-

Sluiten