is toegevoegd aan uw favorieten.

Dissertation sur la comparaison des thermomètres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

7<5 DlSSËRTATION SUR IA COMPARAISON

M. Reaumur. place donc mille au point de congèlation, & enfuite, en comptant vers le haut, 1080 au point dont nous venons de parler. Audelfousde mille, on compte 999, 9?8,997&cde forte que 1080 indique que la liqueur, qui occupoit 1000 parties au point de congèlation, en occupe alors 1080: & 920 fait voir que la même liqueur n'en occupe plus que 920 , & qu'elle s'eft par conféquent condenfée de 80 degrés. M. Reaumur nomme les degrés au-deffus du point de congèlation, degrés de dilatation; & ceux au-delfous du même point degrés de condenfation: en quoi il eft fuivi par nombre de Phyficiens.

§ 82. Voila la première & la vraie échelle de M. Reaumur : mais dans la fuite ce célébre Phyficien y a fait un changement: il a placé o au point de congèlation, au-lieu de mille: & enfuite,

j 2 3 jufqu'a 80 au-deffus de Zero: &

-1, -2, -3 &c- au-deflbus de Zero. De forte qu'on nomme a-préfent degrés de condenfation ceux au-deffous de Zero. Prefque tous les Thermomètres de Reaumur, dont on fe fert aujourd'hui, font gradués de cette facon.

téor. du P ere Cotte, p.117. & dan* les Lecons de Fhyfiaue de M. l'Abbé Nollet , Lecons XIV TomelV. p. 397Le fecond but que M. Reaumur s'étoit propofé, ce but fi ingénieux, fi philofophique, & dans ce tems-la fi nouveau, celui de graduer 1'échelle de facon que les degrés expriment les dilatations mêmes, n'appartient pas direftement a notre fujet , ainfi nous ne nous y arrèterons pas da. vantage.