is toegevoegd aan uw favorieten.

Dissertations sur la fortification permanente, la fortification de campagne, et la portée des bombes.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

«6 BISSER XATION

front BC, contre le front oblique AE, ne frappe pas tout le front oblique, mais feulement une partie AD qui égale le front droit BC (Fig. 6.) II faut donc diminuer le rilque d'être bleffé ou tué, en raifon de BC : AE ou bien comme i : cof de Fobliquité comme, V 2 : i , = 7:5, dans le cas préfent; on pourra par cette raifon

reduire les neuf décharges a — = 6 ■— char-

7 a

ges a-peu prés. De plus, le feu ne produit pas le même effet dans toutes les diftances. Pour ellimer 1'effet des décharges, nous ferons ufage desexpériencesque M. Schamhorst a.rapportées(a). On a fait charger des pelotons a differentes diftances contre des planches afles longues de la hauteur de neuf pieds, ce qui eft a peu-près la hauteur d'un cavalier monté a cheval. 11 réfulte de ces expériences, que de icoo coups tirés, a la diftance de 120 toifes, 149 ont frappé la planche, & 183 a la diftance de 80 toifes, &. 403 a la diftan« ce de 40 toifes. Le célébre Scbarnhorst rapporte dans un autre endroit du même ouvrage que nous venons de citer (b~) que le nombre des coups qui frappérent une planche de fix pieds de hauteur, ce qui eft la hauteur d'un fantaffin, eft a celui des coups contre une planche de neuf pieds de hau-

3 5

teur, ou de la hauteur d'un Cavalier, comme —: — a

4 6

la

(a) Voye? le troifieme Tome. Handbucb, Pag. 373.