Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

TRAGEDIE. f

Irene.

A'lëxis dites-vous ?

M e m n o n.

Jl revole au Bofphore. Irene. ïïpourroit a ce point offenfer Nicéphore! . Revenir fans fon ordre!

M e m n o n.

On 1'afiure, & Ia cour'» S'alarme, fe divife, & tremble a fon retour. C'eft rout ce que m'apprend une mineur foudaine Qui faitnaitre, ou la erainte.ou 1'efpérance vaine : Qui va de bouche en bouche armer les faéiions;Et préparer Bifance aux révolutions. Pour moi, je fais afiezquel parti je dois prendre: Qui doit me commander, &qui je dois défendre. je ne confulte point nos miniftres, nos grands, Leurs intéréts cachés, leurs partis difTérens; J'encroirai feulement mes foidats,& moi même. Alexis m'a placé: je fuis a lui, je l'aime, Ji le fers, & furtout dans ces extrêmités Memnon fera fidele au fang dont vous fortéif. Itlltruit de vos dangers ,plein d'un nobie courage, Madame, il ne pouvait différer davantage. Peut être j'en dis trop-, mais enfin ce retour Suivra de peu d'indans Ja naifiance du jour. Les momens me font etters; pardounez a mon zèlé ; Et fouffrez que je vole oü mon devoir m'appeüe.

SCÈNE III.

I R E N E, Z O -É.Irene.

QiuE toiit ce qu'il m'a dit vient encor m'a'gtter .'• A 4-

Sluiten