Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ti Le Nouveau

•n de verre, descouteaux, descifeaux, des r, haches, des rubans, des fufils, &c. qui r> font tant de plaifir aux negres d' Afnques, v» qu'ils vous en donneront cent fois la va„ leur en or, en ivoire & en autres chofes. "

Robinfon ne fe polféda plus alors. II oublia parens, amis, patrie, & s'écria plein de joie : « Je m'embarque avec vous , n Monfieur le capitaine! *> Tope 1 répondit celui ci; & la-deiTus ils fe toucherent 1'un 1'autre dans la main , & le voyage fut réfolu.

Jean. Eh bien! c'en eft fait; je n'aurai plus la moindre pitié de ce fot de Robinfon , quels que ibient les malheurs qui lui arrivent! . .

Le Pere. point de pitte, Jean ? Jean, Non , papa ; pourquoi eft-il fi fot, que d'oublicr encore ce qu'il doit a les parens? II faut bien que lc bon Dieu le puniffe de nouveau a caute de cela —

Le Pere. Et un homme affez malheureux pour pouvoir oublier fes parens , & que le bon Dieu eft obligé de corriger par des punitions, te femble-t-il ne ménter aucune pitié? Sans doute qu'il eft lui-meme la caufe de tout ce qui va lui arriver; mais n'en eft-il pas d'autant plus malheurcux? O mon fils, Dieu te préferve & nous tous ,, de la plus terrible de toutes les peines , qui eft de fentir qu'on s'eft rendu foi-même \ malheureux ! Mais toutes les fois que nousï entendrons parler d'un pareil infortuné, nous; confidérerons qu'il eft notre frere egare;; aous répandrons fur lui des larmes de coia-

Sluiten