Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

tcrme desirable: aulieu, que dans lafaconde voir aauelle, on la redoute au-point, quelle nous rendmalheureus par fon attente , bien auparavant qu'elle ne foit arrivée.

Vous verrez dans le Projet de Règlement que je mettrai bientöt fous vos yeux, les moyens que je proposerai pour par er a tous ces inconvéniens.

Ils ne font pas les 'feuls: je n'ai rien dit des abus particulicrs qu'on remarque dans l'éducation des Colléges; de ceux de l'éducation casanière ; de ceux des différens états, depuis la demière claffe de Citoyens, jufqu'a celle de la haute-noblefle. Ces abus font énormes: La, tout fe fait alahate, & d'une manière mercenaire: ici, la morgue ou 1'indulgence pusillanime gate tout; des Pareus malélevés font fuivre a leurs Enfans la route hasardeuse par laquelle on les a conduits. L'incapacité perd les Enfans dans lesbaffes-clafles; on ne forme dans les premières, que des Monftres d'égoïfme, qui fe croient d'une autre nature que le commundesHommes. On nefaurait voir, nï entendrefans indignation, deslnftituteurs ou des Pareus d'un rangeleve, inculquer par leur conduite a leurs Élèves, que tout eft fait pour eux.... Que les Souverains deviennent les vengeurs del'humanité , en établiflant une Règle génerale qui rapproche tous les Citoyens; c'eft le moven de ramener les bonnes-n oéurs: Qnele Riche nepuifle plus acheter 1'honneur du Pauvre; que le Pauvre n'ait plus intérêt de fe vendi e, & l'a*e d'ov revierdra fur la tene.

Je m'arrêtc la pour aujourd'hui, mon cher Pils: Relisez ce quejeviensd'écrirepourvous; pénétrez-vousdtlavéntéde mesremarques: Danshuir jours je vous en commumqueraidenouvelles. Vousêtesladcheque m'ont confi-sl'Auteur de la Nature & ma Patrie ; je ne fera) content de moi, que loifque j'aurai fait de vous un bon Ouvrage.

Sluiten