Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

[A] 347

Lau-Kyun ne mettent en usage pour tromperle Peuple. Semblables a ces Malheureuses qui disent la bonne-avan■ ture dans noti e Europe , ils cherchent a pénétrer tous les iecrets , a fe mettre au-fait de tout ce qui peut concerner Ceux qui viennent les confulter; & fur ce qu'ils ont appris, ils drelfent leurs oracles, dont les réponfes font toujours ambigües & captieuse >. Le culte de Fo commenca de f'établirdans 1'Empire de laChine, environ foixantecinq ans avant la naiffance de Jésus-Chrift. Les prog; ès de cette nouvelle fecte furent des plus rapides, & les fuperllitions de 1'idolatrie achevèrent de corrompre la Nation. Voici ce que les Auteurs rapportent a ce fujet. A l'occasion d'un fonge , l'Empereur Ming-Ti fe rappela qu'on avait fouvent entendu dire au Philosophe Confucius ; —Que le Saint devait paraitre du cóté de l'oueft-: il fit partir des Ambalfadeurs pour f'informer quel était ce Saint, & f'inftruire de fa doótrine. Ces Députés entrèrent dans lTnde, oü devaient f'établir leurs recherches, & crurent reconnaltre le Saint qu'ils avaient ordre de trouver, dans 1'Idole qu'ils apportèrent a la Chine , avec les fables, les fuperllitions, la ductrinedela métempfycose, & 1'athéifme, dont cette partie du monde a été le berceau. On dit que Fo naquit dans cette partie de 1'Inde, que les Chinois nomment ChungTyen-Cho, & qu'il était fils de Roi. II recut le nom de Che-Kia, ou Xe-Quia; mais a 1'age de trente ans il fe donna celui de Fo. Sa Mère, avant de le mettre au monde, avait rêvé qn'elle avalait un Eléphant, & c'eft de cette idéé folie que viennent les honneurs que les Rois Indiens rendentauxEléphans-blancs. Fo, apcinené, fetintdebout, fit fept pas, 6e montrant d'une main le ciel, & de 1'autre la terre, il f écria: —Au ciel & fur la terre , il n'y a que moi qui mérite d'étre honoré-. A dixfept ans, il épousa

Sluiten