Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

xxiv Préï ac E.

Cependant il faut combattre des maximes encore plus pernicieufes, & vous montrer, lecteur, a quels excès d'aveuglement & d'extravagance conduit le projet d'excufer & de juftifier les méchans. M. Collin va nous prouver qu'on ne peut complaire aux égoïstes fans trahir la fociécé; & aux vicieux fans bouleverfer la morale.

N'avez-vous pas penfé jusqu'ici que lafociété n'a d'autre fondement que cette réciprocité d'intérêt fraternel. de fecours & de garantie qui lie les humains, de maniere que Jes biens & les maux foient favourés & fupportés par tous avec le plus d'équilibre poffible? Eh bien! M. Collin eft d'un avis abfolument oppofé. II veut que chacun ne fonge qu'a foi; que fi les malheurs & les fiéaux frappent la nature humaine, c'eft tant pis pour celui qui en fouffre. Le principal, felon lui, c'eft de s'en garantir. Aille la fociété comme elle pourra, pourvu qu'il foit a 1'abri; que les hommes foient tourmentés, affamés, ruds, brülés, engloutis, tout cela n'eft rien; peu lui importe.

Puiirvu qifil fait ftisrneur d'orie lieue ii la ronde, £c raultté d'un chateau le plus joli du monde (1)

Ne vous fentez-vous pas accablé decetafFreux fyftême? & que fera-ce,que direz- vous lorsque vous verrez ces atrocités finement déguifées fous nn ftyle badin & emmiellée de toutes les grimaces d'une faufie fenfibilité, fe débiter du ton le plus aifé, le plus leste, le moins douteux, & comme les dogmes les plus pofitifs & les plus naturels?

Ne vous avifez pas d'aller déplorer devant M. Collin la cacaftrophe de dix mille families englouties par Ie tremblement de terre de Lisbonne, parmi lesquelles fe font peut-être trouvés votre mere, vocre époufe, votre fils. Gardez-

(0 Optimiftc, aele I, fcöiie io.

Sluiten