Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

LP Enocb au Ciel 219

dignes égards humains. En d'autres occafïons on s'excufe fur le nombre de fes occupations, furies foins indifpenfables, qu'on doit a fa familie. Vains prétextes ! Les foins de cette nature n'empêcherent pas Enoch de marcher avec Dieu. Souvent on fe livre a l'indolence, on fe rebute par la grandeur de la tache. On trouve, que c'eft trop exiger des Chretiens, que de leur demander de fe confacrer k Dieu pendant le cours d'une vie très-bornée. Hé quoi! 50 ou 60 ans vous paroilTent un trop long lèrvice, k vous qui vivez föus 1'Evangile, & une conftance de plus de trois eens années ne rebuta point Enoch l

Une auffi. belle vie, que celle de ce Patriarchen pouvoit manquer d'être agréable h Dieu, & d'engager ce puiffant & magnifique rêmunerateur de ceux, qui le cherchent, k la couronner par une recompenfe digne de lui, & bien propre k nous encourager a marcher fur les traces dEnocb, c'eft ce qui va nous occuper dans la feconde Partie de ce Difcours.

La narration de Moyfe eft fort concife , & fes expreffions ne le font pas moins; ü ne fut plus, dit-il, ou il ne parut plus, ou comme ont traduit les Interpretes Grecs & St. Paul après eux, il ne fut plus trouvé, paree que Dieu le prit : . les lnterpretes Grecs traduifent, Dieu le tranjporta; St. Paul dit, qu'il fut tranf-

Hebr, X, 6.

II.

Partie.

Hebr. CL 5.

Sluiten