Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

T R A G É D I E. 28s

Les traits approfondis d'une fi chere image Se graveront .toujours dans mes fens éperdus, Que même en ce moment je 1'adore encor plus..» Oui, chère ombre ,recois les vceux-queje t'adreffe, A tes manes fanglants je fais cette promeftè, Je te jure.un amour, en regardant Fayel.

Qui brave fa fureur.,

iT Fayel.

'Va; je ne te crains plus., jemeurs de ma douleur. Fayel.

'Pourfiiis, pourfuis; ma haine eft trop juftifiée, Et de tes pleurs encor n'eft point raffafiée! Non, cen'eft,point la mort que je veux te donner: Un autre a cette peine auroit pu fe borner; Le poifon n'auroit pas aflbuvi ma vengeance; Va, j'ai fu mieux punir 1'ingrate qui m'offenfe; Par de nouveaux éclats, tu viens de m'outrager: Ton époux n'a plus rien, perfide, a ménager. Maigré moi, combattu par une pitié vaine, J'ai frappé jufqu'ici d'une main incertaine, Et dans ce moment même encor tu me bravois ? Recois le dernier coup que je te réfervois :

Gabrielle Vicoute, avec une curiofné mêlie iTejfroi.

Dans ce fein oü mon fer s'eft ouvert un paffage, J ai furpris une lettre, aliment de ma rage : J'ai lu que mon rival, pour prix de ton ardeur, Vouloit qu'après fa mort on te portat fon cceur,.

Sluiten