Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

t ai9 f

ï'immenfité de cette planete principale doit faire évanouir toutes les forces qui pouraient paraitre coincider avec les fiennes, ou con'trarier fes puisfans efforts.

En fuppofant les fluides. analogues aux eaux de notre Océan , d'une denfité relative a celles de Jupiter & de fes fatellitès (a) les marées, fur le prtm'cr qui nous occupe, doivent etre dans les mers les plus libres de quatre-vingt quatre mille pieds, & dans celles qui font resferées dans la proportion oü fe trouve le canal'entre la Frante ik 1'Angieterre , de vingt a vingt-cinq fois cette quantité; c'eft» » - dire , fei/.e c ,-nt quntrevingt mil'e , a deux millions c;nt mille pieds: ou deux cent quatrc-

vingt

(a) Jupiter eft moins denfe ou moins pcfanc que la terre dans ia nroportion de 29a a 1000. ne peut-on pas préfum r que les f'Ux dans ces régions ne pefest pas le tiers de celles qui font repandues fur notre globe, & que les diverfes fubftances, font rclatives 4. la pefanteur de la maffe tetale de la planete & de f.< fatellitès.

Sluiten