Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

132 Thi&trc lité, il augmentoit le nombre de fes partifans. Enfin , un jour de cérémonie 1 qu'il parut en public avec la Reine; le peuple, excité par les Grands, cria, d'une voix unanime : Vive, le Roi Jacques & la Reine Jeanne. La Reine n'entendit ces acclamations qu'avec un fecret dépit. Elle fentit que Jacques pourroit les prendre pour une proclamation réelle, agir par la fuite en Souverain , & lui öter toute 1'autorité. Ses craintes étoient fondées. Dès le lendemain Jacques commanda , & fe fit obéir en Roi. II fit arrêter Pandolfe-Alapo, ordonna qu'on lui fit fon procés, & qu'on lui tranchat la tête. Tous les autres favoris de la Reine furent bannis. Cette PrincefTe fe plaignit hautement que Jacques ufurpoit une puiffance a laquelle il n'avoit aucun droit. Le Prince avoit fait les premiers pas; il étoit dangereux pour lui de reculer. II fit arrêter la Reine, & ordonna qu'on 1'enfermat dans la Citadelle.

Cette Princeffe, voyant que Jacques avoit intimidé tout le monde, par fes coups d'autorité, & que perfonne n'ofoit fe déclarer contre lui, prit le parti de diffimuler. Elle lui dit un jour qu'il étoit allé la voir: » Les jours que je » paffe acluellement font bien plus agréa,-

Sluiten