Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

19 SERMON 1.

paree que Ie fommeil les accabloit, tandis que les plus effrayans objets obfédoieat foa efprit.

Si les caufes, que nous venons d'afllgner de 1'Agonie de JefusXhrift, netoient pas réelles, & que l'idée de la mort confideiés comme un facrifice expiatoire n'eüt pas été" le véritable principe de la détreffe, oü nous le voions, il efl; impoffible d'en rendre raifon, & 1'état, oü il paroit en Gethfémané , efl la plus incompréhenfible & la plus inexplicable de toutes les énigmes. C'efi ce qu'il faut juflifier. . Si Jefus-Chrift étoit mort d'une mort ordinaire, qu'il n'y eüt eu aucun caraclcre particulier dans fes fouffrances, qu'il n'eüt été queflion que de confirmer fa Do&rine, de fcêler de fon fang les vérités, qu'il avoit prêchées, & de donner un modele de vert-u, pourquoi auroit- ü manqué de courage dans fes derniers momens,. après en avoir donné tant de preuves pendant fa vie 2 N'avoit-il pas dignement rempü les devoirs d'un Prophete bienfaifant, d'un Réformateur zélé, en établiflant les droits de la vérité & de Ia vertu fur les ruines de 1'erreur & de la corruption ? Ne pouvoit-il pas fe rendre le témoignage le plus avan-, tageux a 1'égard de Paccompliflèment de fes devoirs? Si Jefus-Chrift étoit mort d'une mort ordinaire, pourquoi ce Jufle ét;oit-il dans une fi grande apgoiflèfc

Sluiten