Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Introduction, 32

cara&ere des nations dépend de 1'état de fociété fous lequel elles vivent,, & des irdlitutions politiques étabües parmi elles; que dans tous les temps & dans tous les heux, les hommes» placés dans'es mêmes circonffinces, auroat les mêmes mceurs , & fe montreront fous la même forme.

Je n'ai étendu cette comparaifon entre les anciens Germains &c les fauvages de 1'Amérique , que jufqu'oii elle étoit nécefTaire pour éclaircir mon fujet. Je ne prétends pas que 1'état focial chez ces deux peuples, fut parfiitement égal. PUifieurs des tribus Germaines étoient plus civilifées que les Américains. 11 y en avoit a qui l'agriculture n'étoit pas étrangere , & preique toutes avoient des troupeauxqui faifoient leur principale fubliftance ; tandis oue le plus grand nombre des hordes Arnéricai-' nes 'ne vivent que de leur chaffe , & font plus grollieres & plus firnples encore que les anciens Germains, Cependant il v a entre leur état focial une reffemblance plus frappante qu'on n'en a jamais obfervé parmi deux races d'hommes 7 & il cn eft B v

Sluiten