Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

©e Charles-Quint. 3

Êaque, & oü il étoit le moins préparé a la foutenir, Ceux de fes Miniftres qui avoient le plus d'expérience, chercherent a le dilTuader de cette entreprife, en lui repréfentant la foibleffe de fon armée & 1'épuifement de fon tréfor mais il comptoit fur Ie fecours du Roi d'Angleterre ; & d'ailleurs, Bourbon, plein de cette confiance & de cette préfomption naturelle aux exilés , lui promettoit qu'un corps nombreux de fes partifans fe joindroit aux troupes impériales , dès 1'inftant qu'elles entreroient en France. Charles, féduit par ces efpérances , perfifta obftinément dans fon deffeia. Henri fe chargea de fournir dix mille ducats poar fubvenir aux fraix de 1'expédition pendant le premier mois, après lequeï il fe réfervoit le choix ou de continuer de payer la même fomme tous les mois, ou d'entrer en Picardie avant la fin de Juillet avec une puiffante armée. L'Empereur s'engagea de fon cöté a attaquer la Guyenne era même-temps avec un corps de troupes confidérable; & fi ces entreprifes réuffiflbient, Bourbon devoit reaA ij

Sluiten