Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

33»

eft de créer de nouveaux chevaliers. M. dc Dalberg, baron du St. empire, chambellan du prince évêque de Worras, fut appellé a trois différentes reprifes, par le héraut d'armes de l'empire, pour recevoir cette dignité. Les autres afpirans y furent appellés par le prince de Lobkowitz, comme chef de la garde noble de l'empereur [a).

(«) I'ancien ufage de créer des chevaliers au facre des empereurs a fouvent donné occafion a la queftion: fi cette dignité honorable procure a ceux qui la reqoivent, des privilèges , des franchifes, des marqués diftinctives (telles que 1'habit particulier, la croix ou autres marqués) un rang plus élevé &c, ? II n'y a aucune prérogative attachée a ce titre. II faut que les afpirans faffent preuve de nobleffe ; ils ne reqoivent point de brevet, et cela ne les oblige a aucun fervice. II ferait k fouhaiter qu'un favant, qui ferait a même de puifer dans les archives, voulut fe donner la peine de faire des recherches hiftoriques concernant 1'origine des chevaliers de l'empire. Mofer en parle dans fon droit public, mais ce qu'il en dit, n'eft pas fuffifant (f). Au couronnement de l'empereur Léopold II, l'électeur de Mayence préfenta dix gentilshommes pour recevoir 1'accolade; l'électeur de Trèves en préfenta douze, l'électeur de Cologne, onze ; l'électeur de Bohème, vingt-trois; l'électeur Palatin de Bavière, fept; l'électeur de Saxe, fept; l'électeur de Brandebourg, neuf; l'électeur de BrunfwicHanovre, fept. En tout quatre-vingt-fix gentilshommes qui requrent 1'accolade et furent élevés a la dignité de chevalier de l'empire. Plufieurs d'entre eux. follicitèrent

Sluiten