Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

fur les Mimcifès de M. h Èaron de Tott ^ 'pas de force a en faire une rjü'ön puifPe mettre a cóté de celle de M. Malle't du Pan. Je ne crois pas qü'il foit pöffible, fans le fecours des connotfFandes"' löcales , de (e former des ide'es générales plus' juftés , & plus faines de l'Èmpirè öttöman. Ceux qui cherchent a connoitre le véritaDle état des Turcs, le troitveront dans ce rriorceau. M. du Pan, fans avoir vraifcmblablement jamais été en Tui-quie , a' v'u les Turcs de fon cabinet, auiïi bien qi:e Montefquieu ; ils font tels qu'il les fupp'ofe; & je ne.coiïnois pas de travail mieux fait que le fien ; cependant, pour rèmplir en partie ce que Vous exigëz dè moi , j'aura'i 1'honneur de vous préfenter quelques obfervations fur les • principales erreurs dont j'ai été frappé. Je vous ferai remarquer , pulchro in opere neevos , quelques imperfeöions dans un bel oiivragè. Je ne puis croire qu'il foit tóut entier ., & tel qu'il a été publié de M. lè Baron de Tott, paree que 'ff touve des fautes que n'a pu commettre un homme auffi inftruit & auffi éclairé que lui; qui a fi long-tems & fi bien Vu les Turcs, & qui poffede fi parfaiterrient leur langue. Je penfe qu'il aura éprouvé le malheur trop

* A3

Sluiten