is toegevoegd aan uw favorieten.

Histoire des revolutions, arrivées dans le gouvernement, les loix et l'esprit humain, après la conversion de Constantin jusqu'à la chûte de l'empire d'Occident.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ff de VEfprit-Humain, U.Part. Chap. X. 439

'pas dans les lieux, ni dans les muraillcs & les toits, mais dans fes moeurs & fes loix, & que ce qui mettoit en ftretéceux qui s'y réfu^ioient, n'étoit pas la force des portes, ou des batimens, mais le refpeél: de la religion, & la fainteté de fes miniftres. Eutrope fut pris toutesfois, mais >par fa faute, étant forti de 1'enceinte de l'églife.

Eutrope étoit le plus grand fcélérat de 1'erripire. Zofime dit (m) qu'il gouvernoit Arcadius comme une béte, & que par ce moyen il attiroit h lui tout 1'or & 1'argent des fujets, ayant placé par tout des troupes de délateurs, qui par leurs calomnies faifoient condamner a la perte des biens tous les citoyens qui paflbient pour riches. Or quel moyen d'excufer S. Chryfoftome , qui viola avec tant d'éclat la loi récente de fon prince, loi pleine de fageïïe, conforme a celle de Moïfe, & occafionnée par les fréquents tumultes, & par les défordres de toutes éfpeces, qu'avoit déja produits 1'habitude, oü étoient le clergé & les moines de protéger Jes fcélérats contre la juftice des magiftrats ? Cependant voiJa encore un nouveau tumulte occafionné par un faint évéque pour Ja défenfe d'un homme

Cm) Zofime Liv. 5. ch. 12.

Ee 4