Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 35 )

libéroient de nouveau fur les Réfolutions de la veille; plufieurs Membrés fe plaignoient de ce que des foldats gardoient les portes. Le lendemain on vit arrivcr dans la Salie de 1'Affemblée Générale le Duc d'Orléans, fuivi de quarante-quatre Membres de la Nobleffe , dont' le Comte de Clermont Tonnerre prononga un Discours ; auquel repliqua le Sieur Bailly , 'préfident de 1'Affemblée. Dans cette Séance remarquable on vit enfin les trois Ordres réurtis délibérer pour la première fois enfemble, tandis que 1'union parfaite & entiere des Ordres, en vertu d'une Lettre écrite ce même jour par le Roi a. la Chambre de la Nobleffe & a laMinorité du Clergé fe fit deux jours plus tard, favoir Ie 27 Juin. L'allégreiTe touchant eet événement étoit fans égale. La multitude pouffant des cris de joie accourut au Chateau, oiz le Roi & la Reine s'étant montrés fur un balcon, recurent les acclamations d'une foule immenfe. La Ville de Verfailles fut illuminée le même foir, & la C ipitale entiere le lendemain a ^a même heure.

Nonobftant cette allégreffe publique, on ne vit pas fans regret que 1'Affemblée étoit durant chaque féance furveillée par des Militaires; que Verfailles fe rempliffoit .de Troupes, pendant que de fortes Patrouilles de Cavalerie & de gros Détachemens de Gardes a pied parcouroient les rues. On ne doit donc pas s'étonner, que le Comte de MirabSau fit une motion tendant a déclarer : Que la Perfonne de chaque Député feroit facrée ójf inviolable. On agréa cette Propofition avec une pluralité de 483 contre 34 voix. Le fujet de cette motion provenoit d'un discours hardi, tenu par le Sieur d'Espremenil, C 2 fou-

Sluiten