Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C sG ) •

re cTo^ence même vernis d'arabefques & de feaillages d'or. Le dix-huitieme rapporte la compofition d'un autrc vernis; & le dix-neuvieme, la maniere dont on poik le vernis. < Les 'trois derniers' chapkres nous apprennent diverfes compofitions de cou'.eurs, la mamere de cuirc les vernis, & diitércns procédés pour les embellir. . ,

Tclle eft la marche du traite cuneuxque nous annoncons: Ce plan eft fait pour intérefrler-lcs ardftes & les amateurs des arts, R ie prix de 1'ouvrage, pour lui donner un nouveau fuccè". Nous nous arrêterons a ce qui regarde 1'origine du vernis chinois en Europe , comme a ce qu* peut reumr le fuffrage & attir,cr 1'attenüon du pius grand nombre des

■ Pe'^uis auc, dans le quinzieme fiecle, les pp" Je lacunra-r;o de Jefus entrerent dans

" la C'iine comme°miffionï;aires, fous la con" duite du P. iVkuheo Ricci, le P. Martmo " Martini, en 1'année 1655, fit im; Timera

■ Amfterdam un gros volume mtitule, Atlas " Chinois, danslequel il rapporte pluheurs par-

tieularkcs de ce grand royaume. A la page " 112 de ce livrc, il pavie du vcnu - avec lc" oïiel les Chinois ont coutume de couvnr " non-feulemcnt les éerkoires, les coilrcs, les " tables & les autres meutes de cette nam" ré- mais auffi les meubies, les plats-ionds " & les planchcrs des chambres qui iont ordi" nairement dc bois, ce qui leur donne beau" coup de nobl.elTe, & feit un trc Del effet, a " caufe des differentes coulcurs & des ornemens " dorés, dont ces ouvrages font embellis " L'auteur raoporte enfiüte le paflage du P-

Sluiten