Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

TRAGEDIE. I?

Hircan, pour s'affurer le fruit de nos revers» Èmbarafla mes pas de cent piéges couverts, De nbmbreüx affaffins m'entoura dans ma fuité. je ne pouvais longtems éviter leur pourfuite; Mais au fer du premier par hazard échappé, Soudain d'un coüp plus für je Tabattis frappé, 11 avait a peu prés ma taille & ma figure; Avcc lui j'échangeai mes habits, mon armure, Et, laiflhnt pour le micn fon corps enfanglanté, te bruit de mon trépas dcvint ma lürcté, Hircan 1'acerédita; foit qu'en effet lui - mêmè Fut le premier trompé par un tel ftratagême, Soit plutót, qu'il penfat que, quelque fütcebruit* S'il le chargeait d'un crime, ilen cueillaitle fruit* É R ï c i Ê.

Mais comment votre ami pouvait-il s'y mépréndrc?

TRASIME;

En m'apprenant fa mört oh m'ofttit de lui rendrd

Les funèbres honneurs qu'exigeait 1'amitié; Hircan pour ma douleur feignit quelque pi.tié, . Ün corps me fut fémis; & le fang & la fangc' Altéraient tous fes traits par leur afTreux mélangei je ne reconnus point un myftère odieux.. u

ERICIE.

Seigneur, 1'amour, fansdoute, aurait eu d'autres

yeux!

c ft*

Sluiten