Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

4 CHARLES IX. \

Les Guife, toutefois, fouillant des jours fi beaux,

Se préparent encore a rouvrir les tombeanx.

Croyez-moi, le péril n'eft point imaginaire:

Maurevert a commis un crime mercenaire;

A des piéges fanglans ils ont déja recóurs;

Au fein du louvre même ils achètent mes jours:

11 faut veiller fur eux, c'eft eux que 1'on doit cramdre.

Ce n'eft pas d'aujourd'hui quïls ofent tout enfreindre. <

Vous même , enfin, monficur,, s'il eft vrai que leur choiK

Vous ait riominé jadis 1'organe de nos lois,

Ce choix fi defiré vient de leur politique;

lis ont fu fe plier a 1'eftime publique; •

Ils veulent nous trainer dans 1'ablme fatal,

En voilant leurs projets du nom de 1'Hópital.

LE CHANCELIER,

Ah' formez, Coligni, des cnintes légitimes.

Je ne puis, quant è moi, leur imputer des crimes,

Et je n'adopte pas vos foupf;ons inquiets. :

Si fon pourfuit vos jours au milieu de la paix,

J'en frémis; je voudrais le cMtimcnt du traiwe:

Mais je blame un dépit qui s'aveugle peut-Être;

Et vous devez favok que des plus vils complots

Ils ont auffi, monfieur, foupconné des héros.

Ah' je ne prétends pas les excufer fans ceffe;

lis ont d'un jeune roi maïtrifé la faibleffe:

Mais avouez du moins que dans nos temps cruels

11 n'eft point de Francais qui ne foient cnminels:

Tous fe font égarés, & la nuit environne

Les droits facrés du peuple & les devoirs du tróne.

Tai vu ce Louvre en deuil, & prefque enfanglanté;

L'orgueil & lalicence, & point de liberté:

T'ai vu de nos Valois la maje'fté flétrie;

Les plus grands citoyens déchirant leur patrie,

Maltint avec baffelTe , ou combattant leur roi;

Les plus grands, je 1'ai dit, & vous enfaitesfof.

L* A M I R A L,

llfallait s'égarer, convenez-en vous i même; Et des deftins francais 1'enchainement fuprême Préparait des longtems a nos jours déteftés Ua cours de trahifons & de calamités.

Sluiten