Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

6 LE R1VAL CONFIDENT,

S O L I G K I.

Eft-ü poffible!

T H I B A U T.

Je ne voulois par le croire; mais on m'a dit que ce n'étoit pas le premier Seigneur de cette facon-la.

S O L 1 G N I.

Que faire enfin?

T H I B A U T.

Attendez. . . depuis un mois que vous êtes cache' ici. autant par amóur que pas inte'rêt, Rolet ne vous a pas encorc vu. D'ailleurs il ne vous connoit pas. Ce n'oft que depuis quatre ans qu'il vient ici; il y en a cinq que votre regiment eft dans les ifles-, morgué, il faut profiter de ca pour vous venger & lui fouffler la femme & la terre. Pour la femme, c'eft aifé. Mademoifelle Rofalie qui fait qui vous êtes, vous aime déja prefqu'autant que vous 1'aimez. Pour la terre, c'eft plus dimcile. Avez-vous confulté?

S O L I G N I.

Oui, 1'on m'e'crit que je puis revenir eontre tout ce qui a été fait, que 1'on m'a trompé affreufement, & que Rolet lui-même a vendu mes intéréts.

T H I B A U T.

C'eft bien lui qui les achetés, le frippon? Pour le punir, Monfieur, fi vous alliez trouver le père de Mademoifelle Rofalie, & lui avöuer votre amour & votre nom.

s o i/ i e N r. Puifqu'il a prêté le fien a Rolet, je n'en dois rien. efpéter.

T H I B A U T.

Vous avez raifon.

S O L I G N I.

Mais depuis quand fe connoiflent-ils P

T H I B A U T.

II y a longtems vraiment, c'eft Rolet qui était chargé des enfans de M. Dolmon pendant fes voya-

Sluiten