is toegevoegd aan uw favorieten.

Simplifications utiles, ou Recherches psychologiques.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

102 OBSERVATIONS

re, a queue qu'il porte bien, longjointé; eelle de 1'autre n'eft que d'animal noir, grand a crinière & queue; & cette attention rendant l'idée de 1'objet qu'on obferve plus complexe & complette eft le fondement de nos véritables connoiffances. De la même manière quand on voit deux chofes on ne les juge pas différentes, on voit que 1'une n'eft pas 1'autre. Si ce font deux oeufs, on voit que ce font des chofes différentes , & on voit pareillement qu'ils fe resfemblent, mais on ne le juge pas;pareillement on obferve telle chofe, mais' on ne juge pas qu'elle eft la même avec elle même.

§ 21.

L'homme n'ayant pas la tête affés forte pour fetenir toutes les idéés que les objets font naitre a la fois, ni le temps requis pour en faire mention, quand il veut les communiquer , a du faire des abftraétions; ainfi voyant tel cheval il a négligé d'abord («) toutes les idéés horsmis celle de chofe exiftante, (b) laquelle idée

(que

(rf) Cet ordre eft naturel, dans Ia foule d'idées qui entrent dans Ia tête d'un enfant par l'opération de quelque objet fon attention foible faifit d'abord l'idée d'exiftence, il ne parle que des chofes, il dira qu'il a vu une chofe qui courroit. S'il n'a vu que des chevaux, & qu'il a appris cenom* il nommera le premier boeuf qu'il voit plutöt chofe a cornes que cheval a cornes, cependant fon idée de cheval n'eft encore que quelque idée confufe d'animal quadrupede &c.

( b ) Ainii cette idée d'exiftence eft le fondement de toute autre idée qu'on y peut ajouter, & non pas une perfectio-i ou mode d'être, v. mes remarques fur Bonmet Elfai fuf § 110. p, 30. la note