Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C 242 )

pouvant finir que par la proclamation de 1'indépendance , il convenait d'y préparer les nations. II convenait a tout Ecrivain inflruit d'accelerer par fes efforts le moment qui devait fermer les playes de 1'humanité gémiifante 11 convient auffi è fa fincerité de ne pas les laiiTer dans 1'ignorance fur les conféquences naturelles de fes premières obfervations.

Perfonne n'a prédit les fuites d'une prompte reconnaiifance de 1'Indépendance Amèricaine de la part de 1'Angteterre , d'une maniere plus frappante que 1'Auteur des obfervations Jur les Penfées d'une tête froide fur 1'Indépendance Amèricaine. Nous avons cru devoir en donner la fuite, interrompue depuis le N°. GIL de cette feuille. Rien n'eft plus propre k juftifier les miniftres Anglais pacificateurs : c'eft 1'apologie la mieux raifonnée & la plus complette de leur conduite. Nos ledteurs voudront bien fe rappeller que c'eft un Américain qui parle, longtems avant qu'on penfat férieufement è faire la paix , puisqu'il parait que fes raifonnemens n'ont pas peu contribué a déterminer le Miniftere Anglais aux négociations qu'il a fi heureufement terminées.

L'Ecrivain Britannique pour détourner fes concitoyens du projet d'acheter la paix au prix de 1'indépendance Amèricaine , s'était permis d'avancer ces paroles: La France a longtems lutté pour oppofer fa concurrence d nos manufaStures; mais, inutilement. Enfin l'Independance avouée, la mettra en état d'éxé~ cuter ce projet.

,, Que 1'Angleterre forte enfin de fon profond

fommeil, a tèpondu l'Awéricain. Qu'elle recon„ naifle 1'Indépendance. Qu'elle avoue les traités „ conclus entre la France & I'Amérique. Qu'elle fafle „ un traité de commerce pareil avec les Ftats-Unis, „ fur les principes généraux de 1'égalité, de la ré„ ciprocité. Des lors ni la France, ni aucune au„ tre nation en Europe ne fera en état de balancer „ 1'Angleterre dans fes manufaétures, dont nous „ avons le plus de befom en Amérique. celles de „ laine «St de fer. Les fabriques Angiaifes a cet

„ égard

Sluiten