Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C*5<0

dons & cet égard, d'autant plus refnarqua&les j qu'elles ne vifent a rien moins qu'a former une république démocratique , qui n'aura un tróne monarchique qu'ad honores. C'eft au moins ce que nous devons juger d'après les démarches vigoureufes que les aflbciations armées viennent de faire en faveur de la Patrie. Les volontaires d'Ulfter, 1'une des quatre grandes provinces de 1'Irlande, ont tenu le mois dernier une affemblée dans laquelle il a été pris unanimement des réfolutions différentes qui rapellent a 1'efprit le fouvenir des premiers commencements de la révolution Amèricaine. Les principaux objets qu'ils réclament font la réforme du Parlement; rétablilTernent d'une marine nationale; d'une cour d'amirauté & d'un bureau des poftes, le tour a la charge des revenus de 1'Irlande, & fondé par la feule autorité de fon parlement. Ils veulent encore,que le droit de voter auxéleftions des membres du parlement foit accordé a ceux des habitans Catholiques Romains qui auront une certa.ine propriété; ils veulent avoir un bil déclaratoiie des droits de 1'Irlande; la révocation de 1'abominable tfcle du timbre; une taxe fur les abfents; 1'abolition des droits fur les foyers, & une réduótion de la lifle des pen» dions dont la nation eft chargée. Toutes ces différente* conceffions font également défirées par les autres- trois orovinces d'Elfter, Linfter & Munfter; ainfi voilé 1'Irtande entiere dans une crife, dont le réfultat doit étre une indépendance abfome, fi 1'Angleterre n'y met pas d'obftacles ,& n'ufe promptement des forces qu'elle a maintenant cn main; mais elle doit être bien laffe de guerroyer contre des enfans rebelles h lés volontés; qui l'ont déjè fi completement humiliée. ?es menaces ne peu^vent 'guere épouvanrer. les quatre-vingt mille enfants ingrats qui ctoerenent encore- a )ui donner de la tablature; auffi les perfonnes les plus fenfées penfent-elles qu'on laiffera aux irlandais liberté plei* riiere de faire tout ce qu'ils jugeront convenable

pour

Sluiten