is toegevoegd aan uw favorieten.

Nouvelle bibliotheque belgique.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

d'Avril,Mai, Juin. 1783. 44X

des éloges de ceux qui les avaient cultivées. Ciceron, ainfi qu'on l'a vu plus haut, les avait vantées comme l'aliment de la jeunejfe, l'amufement de la vieilleffe. 11 était donc réfervé a nocre fiecle de voir des adorateurs chercher a décruire leur idole. Un écrivain, en parlant de Ia littérature, n'a pas craint de dire qu'il fallait s'écrier avec Salomon, que c'était la plus folie des vanités. II était, ajoutons-nous, réfervé encore a notre fiecle de jetter un coup-d'ceil méprifant fur ceux qui fe font engagés dans la carrière des lettres,

Le mal vient peut-être de ce qu'on a fait de la littérature un état diftincl & féparé; de ce qu'on l'a cru incompatible avec les autres profeffions. Demandez a 1'Auteur d'un mauvais roman, ce qu'il eft. II vous dira d un ton fuffifant qu'il eft homme de lettres. Mais ne peut-on pas, en s'adonnant a cette étude, faire pourtant fa principale occupation d'un état dans lequel on puiffe être plus dire&ement utile i fa patrie ?

L'orateur Romain ie livra-t-il teilement a Ia philofophie & aux lettres qu'il négligeit d'autres occupations plus importantes? Ne fut-ce pas 1'auteur des Tufculanes, des Queftions académiques, des Offices, de la Nature Ee 5