is toegevoegd aan uw favorieten.

Les œuvres du sieur Hadoux, commentées expliqueés et rendues intelligibles.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 121 )

Dans renthoufiafme oü nous avoir. jetté cette charmante Comédie de M. Hadoux, nous allions répétant partout que Molière n'avoit rien fait qui en approchat. Dans tous les cercles, nous ne parlions que du Dragon verd* & nous avions le plaifir de voir partager cette admiration par tous ceux qui 1'avoient lu. Mais depuis quelques jours nous avons fait une finguliere découverte. Une vieille fervante, qui alloit & venoit fouvent dans la falie d'une maifon oü je m'entretenois avec 1% dame du logis de Pexcellence du Dragon verd, fe retourne tout a coup vers nous, & m'adreffant la parole , me dit d'une voix rauque: Pardi, Monjieur, je vous entends toujours parler du Dragon verd'. j'en /ais ld deffus phts

long que vous Je demeurai tout fur-

pris Comment donc,bonne femme , lui

dis-je? Eh mais, Monfieur, me répon-

dit-elle, il y a plus de 60 ans qu'on chante ca dans notre pays. Toutes les nourices en Dercent leurs enfans. Si Monfieur Hadoux dit qu'il Fa inventé, il ment. Ma grand mere m'en a appris la chanfon, que je n'avois pas

Elus plus de quatre ans; toutes les petites lies la favent, & c'eft un conté qui eft vieux comme les rues. Demandez plutót a Marie- Jeanne qui eft de Liege comme moi. Elle fe fouvient encore de la Chanfon, j'en fuis fure, car pour moi je Fai ou-

bliée La deffus nous fi-

mes venir cette Marie-Jeanne qui demeuroit H 5 dans