Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

4 v >> ; ïa paix, la charité, l'efprit de rEvangite i fon autorité paternelle n'eft plus que de confeil & d'exemple ; l'infaillibilité dont les Ultramontains font la prérogative -née du Pape, eft réellement une qualité acquilé de fon confeil, oü toutes les affaires font préparées par les hommes les plus fins, les plus adroits, les plus fpirituels, les plus expérim'entés du monde.

A quoi fe réduit donc la difcuffion élevée par l'Auteur que eet écrit fe propofe de rélüter ? Prétend-il refufer aux Empereurs & aux llois le droit de faire quelques changemena relativement aux affaires de l'Eglife, quand ils le jugent convenable au bien de leur Etat? Cette prétention feroit abfurde & contrariée par les principes & par les faits. Les Souverains ont chacun dans leurs Etats fautorité que Conftantin & fes fucccffeurs avoient dans l'Empire, ils font aux mémes droits.

Fin de la première Partie,

Sluiten