is toegevoegd aan uw favorieten.

Nouvelles historiettes en vers.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

IIFRE TRO IS IÊ ME. ijj

II fallut pourtant a la fin, Avant de voir éclore le matin , Faire ceiïèr le mal, hélas ! & le remede.

Vous jugez bien d'après cela, Que nos Amans, pour en demeurer la,

Sur Claude avoient trop d'avantage. Mais un hafard burlefque & des plus doux

Faillit, après un court voyagc,

Mettre Rofe au port des époux ;

N'eft-ce pas nommer le veuvage ?

De chaire en chaire alors certain Prédicateur Entrainoit fur fes pas tout un peuple auditeur. Son éloquence fouveraine Avoit pris un fubüme efTor ; Avec 1'organe de Stentor > C'étoit, dit-on, 1'ame de Démofthene, Claude courut auffi vers 1'Orateur Chrétien, Qui ce jour-la prechoit un difcours mémorable •

II foutenoit, cSc le prouvoit très-bien , Que cette vie étoit une mort véritable ;

Que ce qu'on appelloit mourir, N'étoit que commencer une vie éternelie,

H