Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

d i Brandébötjrg. p5

ees dangereux divertissemens. Innocent II en 1140 , et depuis , Eugène III au concile de Latran en i5i.3, fulminèrent des anathêmes , et prononcèrent 1'excommunication contre ceux qui assisteroient k ces combats. Mais , malgré la soumission qu'on aroit alors pour les papes , ils ne purent rien contre ce fatal usage , auquel une fausse gloire et une fausse galanterie donnoient cours, et que la grossiéreté des mocurs faisoit servir de spectacle , d'amusement et d'occupation , proportionné a la barbarie dos siècles qui le virent naitre. Car, depuis ces excommunications , 1'histoire fait mention du tournoi de Charles VI, roi de France, qui se tint k Cambray en i385, de celui de Franeois I, qui se tint entre Ardres et Guines en i5zo , et, de celui de Paris eni55o, oü Flenri II recut une blessure a 1'oeil, par tas éclat de la lance du comte de Montgommeri, dont ce roi mourut onze jours après.

On voit par-la que c'étoit alors un grand mérite k Albert Achille d'avoir remporté le prix dans dix-sept tournois ; et qu'on faisoit, dans ces siècles grossiers , le même cas de 1'adresse du corps , qu'on en faisoit du temps d'Homère. ]\'otre siècle , plus éclairé , accorde , plutót qu'aux vertus guerrières , son estime aux talens de 1'esprit, et a ces vertus, qui élevant 1'hómme presque au-dessus de sa condition, lui font fouIer ses passions sous les pieds, et le "rendent bienfaisant, généreux et secourable.

Albert Achille réunit donc ses possessions de Franconic k 1'éleitörat, par l'abdication de son

Wi>m* II. C

Sluiten