is toegevoegd aan uw favorieten.

Œuvres primitives de Fréderic II, roi de Prusse, ou Collection des ouvrages qu'il publia pendant son règne

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

118 M é m o i n r. s

et après avoir traversé un bois, il voit les troupes Suédoises campées entre les villages de Hackenberg et de Tornow , ayant un marais a leur dos , le pont de Fehrbellin au-dela de leur droite, et une plaine rase devant leur front; il pousse les grandes gardes, les poursuit et les mène battant jusqu'au gros de leur corps; les troupes sortent en même temps de leur camp, et se rangent en bataille. Le prince de Hombourg , plein d'un courage bouillant, s'abandonne k sa vivacité , et engage un combat qui auroit eu une fin funeste , si l'électeur, averti du danger dans lequel il se trouyoit, ne fut accouru k son secours.

Fréderic-Guillaume , dont le coup-d'ceil étoit admirable , et 1'activité étonnante, iit dans 1'instant sa disposition ; il profita d'un tertre pour y placer sa batterie, et en fit faire quelques décharges sur les ennemis. L'infanterie Suédoise Cn fut ébranlée; et lorsqu'il vit qu'elle commencoit k flotter, ilfondit avec toute sa cavalerie sur la droite des ennemis , 1'enfonea et Ia défit. Les régimens Suédois du corps et d'Ostrogothie furent entiérement taillés en pièces; . la déroute de la droite entraina celle de la gauche ; les Suédois se jetèrent dans des marais, oü ils furent tués par les paysans , et ceux qui se sauvèrent, s'enfuirentpar Fehrbellin, oü ils rompirent le pont derrière eux.

Il est digne dé la majesté de 1'histoire de rapporter la belle action que fit un écuyer de l'électeur dans ce combat. L'électeur montoit un eheval blanc ; Froben, son écuyer, s'appereut